Je l’ai promis, je raconte plus en détails les ateliers Faber et Mazlish que j’ai suivi avec Mr Dragon. Alors voici un préambule à cette aventure avec les pourquoi et les comment on en est arrivé à cette solution pour l’éducation de nos enfants.

Nous avons suivi deux ateliers sur la même période : Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent et Frères et sœurs sans rivalité.

Nous avons commencé les ateliers en septembre et les avons terminé en mars.
Tu vas me dire : mais pourquoi suivre des ateliers de parentalité ? Suffit d’un bon coup de main, tu sers la vis et tout roule… Et bien pas chez nous.

Petit topo de nos deux dernières années :

Tout d’abord, chez nous, c’était compliqué ces deux dernières années : la naissance du troisième dragonneau, un déménagement, un changement d’école, la naissance de la dragonnette, des difficultés au travail… Cela fait beaucoup pour des dragonneaux et pour les parents aussi d’ailleurs.
Déjà qu’à la base j’ai des enfants qui ont des caractères bien trempés, une communication compliquée avec mon aîné (et pourtant, sans doute lui le plus en souffrance…). Le matin, c’était des cris pour se lever,se préparer, partir à l’école. A midi, c’était des cris si le repas est autre chose que des pâtes et si en plus la journée c’était mal passé à l’école, c’était des pleurs et des insultes à n’en plus finir. Le soir, c’était l’horreur, des crises à répétition pour les devoirs, la douche, passer à table, bref, tout était prétexte à une crise avec l’aîné. Avec le second, beaucoup moins, mais paradoxalement c’est avec lui que nous avons été le moins patient.

Un jour où j’ai craqué plus que de raison, ma frangine m’a donné le numéro de téléphone d’une conseillère en communication non violente et qui a déjà sauvé des familles au bord de l’explosion avec leurs ados (si elle pouvait venir à bout d’un ado, pas de raison qu’elle n’y arrive pas avec mon dragonneau…). Alors, après avoir gardé son numéro pendant de longues semaines dans mon téléphone sans donner suite et après une énième crise de larmes à cause de mes enfants, je me suis décidée à l’appeler. Clairement, j’étais au bord de l’explosion, du pétage de câble presque irréversible.

Juillet, premier rendez-vous où elle m’a rencontré toute seule, j’ai pu déverser tout ce que j’avais sur le cœur. Nous avons terminé la séance en se disant qu’une participation à l’un des ateliers qu’elle anime pourrait être bénéfique pour moi et pour ma famille et qu’une séance avec toute la tribu pourrait être bien aussi si on étaient tenté avec Mr Dragon.
Quelques semaines plus tard, ma tribu et moi sommes à cette fameuse deuxième rencontre qui est plus que décevante pour Mr Dragon et moi. Pas à cause de l’animatrice, oh non! mais à cause de mes enfants qui ne sont pas du tout réceptifs et tellement bruyants qu’on arrive pas à parler entre adultes. On ressort avec quelques conseils pour nous faire du bien, à nous, et par conséquent être plus conciliant avec nos enfants et toujours l’idée de participer aux ateliers.
Septembre arrive, deux nouveaux cycles d’ateliers débutent à la fin du mois. Après plusieurs discussions avec Mr Dragon et avec toujours le même constat que chez nous c’est n’importe quoi avec les gosses, on se décide à suivre les ateliers à deux quitte à moins gâter nos enfants à Noël et à faire des concessions pour nous aussi (car les ateliers ont quand même un coût).

Nous sommes le 26 septembre, Grand’ma Dragonne vient garder nos quatre dragonneaux à la maison pour que nous puissions suivre les ateliers tout les deux et qu’enfin nous puissions souffler. Elle vient deux fois par mois pendant six mois…. Un grand merci à elle.

Fin du préambule. La suite dans un nouvel article….