Il n’y a pas très longtemps, alors que je partageais avec Grand’ma Dragonne mon avis sur Laurent Gounelle, elle m’a dit : lis Pars avec lui, personnellement j’ai adoré, je pense que tu aimeras aussi ».

Alors, je me suis mise à lire Pars avec lui. Et voilà ce que j’en pense : J’ ADORE !

Je te fais d’abord un petit topo sur son auteur : Agnès Ledig. AVT_Agnes-Ledig_7778

Alors, je n’ai pas trouvé beaucoup d’information sur la toile.

Agnès Ledig est née en 1973, elle est originaire d’Alsace. Elle a exercé le métier de sage-femme. Et suite aux écrits qu’elle a fait au sujet de la maladie de son fils, elle est devenue auteure en 2011 avec son premier roman Marie d’en hautJuste avant le bonheur paru en 2013 remporte le coup de coeur des lectrices de Femme Actuelle. Pars avec lui  est publié en 2014, suivi en 2016 par On regrettera plus tard et en 2017 De tes nouvelles.

L’histoire : Juliette est infirmière dans un service de réanimation. En couple avec un homme pePars avec luiu aimant… Roméo, pompier, qui tombe du 8 ème étage est hospitalisé dans le service réa où travaille Juliette. Leurs vies  se croisent et se décroisent, jusqu’à quand ?

Je vous partage quelques passages qui m’ont marquée :

1er passage :

« _ Que comptez vous faire ?

_ Ne pas perdre ce bébé. Le reste est secondaire. Je ne survivrais pas de le perdre.

_ Il y a une chose importante que vous puissiez faire pour ce bébé quand ça ne va pas et que vous avez peur pour lui, c’est lui envoyer un arc-en-ciel d’amour…

_ Un arc-en-ciel d’amour ?

_Vous visualisez votre coeur, vous visualisez le sien, le trajet est court, et vous imaginez un arc-en-ciel d’amour de l’un à l’autre. Un arc-en-ciel, parce que l’ amour est tout aussi impalpable et immatériel, et tout aussi coloré. Ce bébé va le ressentir, et quoi qu’il arrive, cela l’aidera.

_ Je risque de le perdre ?

_ Oui. Vous risquez de le perdre, mais vous avez aussi une grande chance de le garder, et votre pensée devrait s’orienter vers cette probabilité, et uniquement celle-là. Le reste n’est que pensée inutile.

Quand elle est repartie avec son appareil et le tracé qui permettait d’affirmer que tout allait bien, j’ai fermé les yeux et j’ai vu cet arc-en-ciel. Mon bébé a bougé légèrement et je l’ai senti s’ installer contre la paroi de mon ventre et se poser là, sur mon coeur, comme un trésor à son pied. « 

 

2 ème passage :

« Je pensais que ce serait facile d’ avorter. C’est ce que m’avait dit la fille à qui c’était arrivé l’an dernier dans l’autre classe. Après tout, si on ne veut pas, du bébé, on avale des médicaments, et on n’en parle plus. Mais au moment où il s’en va, on a quand même une boule dans le ventre. Une grosse boule de nerfs. Parce qu’ on se souvient des cours de SVT, de l’ovule qui rencontre le spermatozoïde et de la suite quelques mois plus tard, on se souvient de l’ échographie la semaine d’avant où même si on a fait semblant de ne pas regarder, on a aperçu quelque chose qui bougeait sur l’écran, et qu’on est pas trop conne pour se rendre compte que c’est le coeur qui bat. Parce qu’ en avalant les médocs, on se dit que c’est ce coeur qu’on bousille. Alors non, ce n’est pas facile. Je me suis dit que c’était dégueulasse de faire ça. Et que si ma mère avait fait pareil, je ne serais pas là. »

 

3ème passage :

 » Je ne t’abandonne pas, ma douce Juliette, je ne faisais que passer sur cette terre, nous ne faisons tous que passer, et il est bon d’en avoir conscience pour garder l’humilité. Je ne t’abandonne pas, car je t’emmène avec moi dans l’âme et dans le coeur, parce que je t’aime comme rarement on peut aimer. »

 

4ème et dernier passage (sinon, j’ai plus qu’ à te raconter l’histoire) :

« _ Je sais. Mais moi j’ai mis cinquante ans à me rendre compte, alors je me dis qu’elle doit réagir vite pour avoir encore du temps devant elle et profiter d’une autre vie.

_ Tu sais pourtant bien que ce n’est pas possible. On pousse tous un peu de travers, et on doit régler nous-mêmes nos propres problèmes. C’est plus efficace.

_ Je sais, mais mais c’est tellement injuste.

_ C’est la vie. Celle-ci lui enverra peut-être une solution.

_ En attendant, j’ai peur de la perdre.

_ Elle sait que tu es là…

_ Et moi je suis heureuse que tu sois là, toi…

_ Tout vient à point à qui sait attendre.

_ Enfin, quand même, attendre une vie entière.

_ Tu te rattraperas dans la suivante, avec tout ce que tu auras appris dans celle-ci.

_ Tu y seras aussi dans ma prochaine vie ?

_ Evidemment ! « 

Ce livre m’a fait vibrer, j’ai eu beaucoup de mal à décrocher. L’histoire est captivante. Plus on avance dans l’histoire, plus il est difficile de poser le livre (au grand désespoir de Mr Dragon, hahaha !)

Bref, j’espère t’avoir donner envie de le lire, car c’est un livre qui fait du BIEN !

Bonne lecture 😉